NOTRE COLLECTION
Partition
Oj wi fajn? Chants Yiddish & Musiques klezmer - pour chant et trio d?anches

Retour à la sélection

Oj wi fajn' Chants Yiddish & Musiques klezmer - pour chant et trio d'anches

23,00 €   


Œuvre recommandée par la CMF, confédération Musicale de France
dans les suppléments 2016 & 2017 - Examens et concours

Format 21x29,7 cm, 56 pages,
parties séparées pour chant, hautbois, clarinette & basson,
couverture couleur,
intérieur ivoire 120 g

ISBN 9782849260791
EB-2-079 

Plus de détails

Dans ce recueil, les chansons yiddish alternent avec des pièces klezmer harmonisées ou écrites spécialement pour le trio d'anches (hautbois, clarinette et basson), ce qui constitue une démarche entièrement nouvelle dans ce répertoire. L'enjeu est ici de montrer que l'extraordinaire énergie de la musique klezmer et l'accompagnement musical de la langue yiddish, porteuse de tant d'émotions, peuvent être servis par une formation « non habituelle» pour peu que les musiciens puissent infléchir leur jeu. L'écriture même est évolutive, laissant la place à une libre ornementation ou à l'improvisation, afin de mieux traduire la spontanéité, l'humour ou l'infinie tristesse de ces témoignages musicaux. Ces pièces ont été créées ar l'ensemble Trielen (Philippe David, Michel Hoffman, Christophe Dravers).

Le CD des enregistrements du recueil de partitions est disponible sur notre site : CD Oj wi fajn.

La langue yiddish est une mosaïque. L'allemand en est la base, ainsi que l'hébreu, mais on y trouve aussi des dialectes européens divers. C?est une langue «en mouvement» exprimant les migrations successives de son peuple... Lié à l'origine au monde ashkénaze, le yiddish connaît un essor particulier au xixe siècle grâce notamment à ses écrivains et à son théâtre, atteignant ainsi une nouvelle dimension. Parallèlement se développe un riche répertoire de chansons en langue yiddish, dont un certain nombre a pu heureusement nous être transmis.Elles s'inspirent en grande partie du quotidien des juifs d'Europe de l'Est dans les shtetl (petites bourgades juives) et des coutumes et évènements qui ont rythmé leurs vies. Mais ce répertoire s'enrichit aussi de textes et de musiques écrits dans les ghettos, qui portent témoignage des terribles blessures de l'histoire.
Le mot klezmer signifie en hébreu instrument de musique. Il désigne aussi un genre musical hérité des traditions juives, et qui, depuis, s'est largement popularisé en dehors, surtout depuis son avènement sur le continent américain. Avant l'holocauste, le klezmer, indissociable de la culture yiddish, est resté lié à la vie des shtetl. Les musiciens, klezmorim, avaient alors comme fonction d'accompagner les moments forts de la vie. Le répertoire klezmer tel qu'on le connaît depuis le milieu du xixe siècle est avant tout composé d'un grand nombre de danses, où la virtuosité, l'inventivité et l'improvisation sont toujours requises, mais certaines pièces pleines d'émotion et de nostalgie sont également propres au recueillement. Depuis ses origines, au xiiie siècle, la composition de l'orchestre klezmer n'a cessé de se modifier. Aujourd'hui, on joue le klezmer dans des formations diversifiées, mais les instruments évoquant le plus fidèlement l'histoire de cette musique restent le violon et la clarinette.

The Yiddish language is a mosaic. The German language is its foundation, as well as the Hebrew language, but different European dialects can be found in it too. It?s a language «on the move», expressing the successive migrations of its people... In the beginning, linked to the Ashkenaz world, the Yiddish language was to be endowed with a special growth in the 19th century, especially thanks to his authors and his theatre, reaching a new significance in this way. Besides, a rich repertoire of Yiddish songs extended. Fortunately, some of these ones have been transmitted to us. For the most part, they are inspired by the Eastern European jew?s everyday life in the shtetl (villages) and by customs and events tempoes of their lives. But this repertoire grows, too, with texts and musics written in the ghettos, bearing witness of the awful injuries of History.
The meaning of the word Klezmer is, in the Hebraic language, musical instrument. It regards, too, a musical genre inherited from the Yiddish traditions, which, since that period, has amply got popular outwards since especially its advent on the American continent. Before the holocaust, the klezmer fact, indissociable from the yiddish culture, was linked to the life of the shtetl. The musicians, klezmorim, were in charge of following the great times of life. The Klezmer repertoire, such as it is known since the middle of the 19th century, is, above all, composed of any number of dances, where virtuosity, inventiveness and improvisation are always required, but some of the pieces full of emotion and nostalgia are suited to meditation too. Since its origins in the 13th century, the composing of the klezmer orchestra has constantly been modified. Nowadays, klezmer music is played in varied ensembles, but the instruments which evoke the most faithfully the history of this music remain the violin and the clarinet.

Michel Hoffmann

L'ensemble Trielen

L'ensemble Trielen est né en 2005 de la rencontre de trois musiciens, Michel Hoffmann, hautboïste, Christophe Dravers, clarinettiste et Philippe David, bassoniste. Ceux-ci explorent alors le répertoire existant pour cette formation, tout en l'élargissant à d'autres esthétiques (transcriptions d'?uvres anciennes, créations contemporaines'). Attirés par les musiques populaires, et désireux de donner au trio une sonorité originale, ils commencent à insérer dans leurs concerts quelques pièces de musique klezmer. C?est en les écoutant dans ce répertoire que l'acteur et metteur en scène berlinois Knut Koch a l'idée de leur faire connaître la chanteuse allemande Jutta Carstensen, spécialisée dans les chants yiddish. C?est également lui qui est à l'origine de leurs premiers spectacles en commun, donnés à Berlin lors d'un gala à l'Opéra Comique, et au Renaissance Theater avec l'acteur Michael Degen.
Oj wi fajn- (Ah, quelle joie?) est basé pour une large part sur les pièces jouées lors de ces spectacles. Les chansons yiddish alternant avec des pièces klezmer sont harmonisées ou écrites spécialement pour l'ensemble, ce qui constitue une démarche entièrement nouvelle dans ce répertoire. L'enjeu est ici de montrer que l'extraordinaire énergie de la musique klezmer et l'accompagnement musical de la langue yiddish, porteuse de tant d'émotions, peuvent être servis par une formation « non habituelle » pour peu que les musiciens puissent infléchir leur jeu. L'écriture même est évolutive, laissant la place à une libre ornementation ou à l'improvisation, afin de mieux traduire la spontanéité, l'humour ou l'infinie tristesse de ces témoignages musicaux.

Ensemble Trielen was born in 2005 when three musicians, Michel Hoffmann, an oboist, Christophe Dravers, a clarinettist, and Philippe David, a bassoonist, met. Together, they explored the repertoire dealing with this kind of trio composed by their instruments. By that time, they extended this repertoire to other aesthetics (transcriptions from ancient works, contemporary creations'). Attracted by popular music and wishing to give to the trio an original tone, the musicians begin to insert some pieces of Klezmer music in their concerts. Listening to them in this kind of repertoire gives Knut Koch, the actor and producer from Berlin, the idea to make them meet the German vocalist Jutta Carstensen whose speciality is yiddish melodies. Knut Koch, also, is at the beginning of their first concerts together played in Berlin during a gala at the Komische Oper and at the Renaissance Theater with the actor Michael Degen.
Oj wi fajn- principally deals with the works played during these shows. The yiddish songs, performed in turn with Klezmer works, are especially harmonized or composed for the Ensemble, what constitutes a wholly new process in this repertoire. Here, the purpose is to show that the extraordinary energy of Klezmer music joined to the musical accompaniment of the Yiddish language able to provide us so many emotions, can be served by «an unusual Ensemble», even if the musicians only know how to get an inflected interpretation. The writing, itself, is always evolving, giving way to a free ornamentation or to improvisation, in order to better translate the spontaneity, the humour or the infinite sadness of these musical witnesses.


http://trielen.com
[MAILTO:contact@trielen.com=>contact@trielen.com]

Christophe Dravers : Clarinette, Clarinette basse
Philippe David : Basson
Michel Hoffmann : Hautbois, Cor anglé, Hautbois d'amour


CD disponible chez ::www.advitam-records.com/

Jutta Carstensen, soprano, axe essentiellement depuis plus de quinze ans son répertoire vocal sur la musique classique, le chant sacré, la chanson allemande et les chants yiddish. En parallèle à sa formation initiale d'éducatrice, elle a étudié le chant auprès de différents professeurs, entre autres Roméo Alavi Kia à Vienne et Wemer Plath, chanteur d'opéra et spécialiste de la thérapie par la voix, le chant et la parole. Elle a également suivi une formation en musicothérapie basée sur les résonances de la voix au sein de l'association
Il canto dei mondo sous l'égide de Yehudi Menuhin et sous la direction du Dr Karl Adamek et de Carina Eckes. Elle chante avec l'ensemble allemand Cantaton, avec lequel elle a sillonné toute l'Allemagne. Très jeune, elle a découvert la musique yiddish. De là naîtra cette joie toute particulière et cet amour qu'elle transmet à travers ces chants.

Ad Vitam Records

Rapprocher les hommes, les cultures et les religions, mettre la musique au service d'un certain humanisme, contribuer en particulier au rapprochement Orient-Occident, tel est l'esprit qui anime l'ensemble des productions Ad Vitam. Qu'il s'agisse de répertoires classiques, traditionnels ou contemporains, de musique vocale ou instrumentale, les enregistrements du label témoignent de la portée et de la force de la musique, lorsque celle-ci résonne comme un dernier rempart à la barbarie, lorsqu'elle exprime l'intelligence du cœur. Des disques « pour la vie», comme autant de passerelles, comme autant de victoires, comme autant d'espérances.

The desire to bring Peoples, cultures and religions together and especially to draw East and West closer, such is the inspiration behind the productions of Ad Vitam records. Vocal or instrumental, classical or traditional music, all the recordings bear witness to the real power of Music, not only as the last bulwark against barbarity, but also as the ultimate expression of the sensitivity of the heart. These are records « For Life». They build bridges of expectations, hope and trust.

Ad Vitam Records
Le Prieuré 23200 Saint-Avit-de-Tardes - France Tél?: 33 (0)5 55 67 35 85
[MAILTO:advitam@advitam-records.com=>advitam@advitam-records.com]
http://www.advitam-records.com/

Préface 3
Freylechs 4
Nigun 7
Schpil she mir a lidele in jiddish 9
Lomir sich iberbeten 15
Baym shotser rebn 17
Schlof main kind 21
Ojfn Pripetschik 22
Die Mesinke ojssgegebn 24
Der Yid in Jerusalem 29
Tish nigun 32
Tumbalalaika 34
Oj wi fajn wet ess sajn 37
Chossn kalah mazel tov 40
As der Rebbe Elimelech 41
Misourlou 45
Bulbe 49
Suite Klezmer 51
L'ensemble Trielen 55
Ad Vitam Records 56

Trois livrets (parties séparées de clarinette et clarinette basse ; basson ; hautbois, cor anglé* et hautbois d'amour) sont encartés dans ce recueil.
* Nous adoptons volontairement, dans tout l'ouvrage, cette orthographe qui rend justice à l'origine réelle du cor
dont les deux « corps » faisaient autrefois un angle ( le mot anglais pourrait aussi provenir d'une mauvaise traduction de engelisches : angélique).


^
Haut de page

Vous aimerez aussi....

  • CD Oj wi fajn? Chants Yiddish & Musiques klezmer
  • Sonate klezmer pour flûte, hautbois, clarinette et piano