NOTRE COLLECTION
Partition
Johann Adolf HASSE (1699-1783)  : Concerto pour flûte moderne & piano

Retour à la sélection

Johann Adolf HASSE (1699-1783) : Concerto pour flûte moderne & piano

19,00 €   

Conducteur de 20 pages, format 22,5 x 32 cm
Partie séparée urtext de flûte, et partie révisée

EAN: 9782849261125

Plus de détails

Nouveauté 2013

Johann Adolf Hasse est un des plus grands compositeurs du xviiie siècle, injustement méconnu, même si sa musique vocale, et notamment ses opéras, bénéficient d'une audience nouvelle.

Parmi les plus de mille oeuvres dénombrées, des centaines d'oeuvres de musique de chambre méritent d'être jouées, notamment ce ravissant concerto pour flûte, dont le manuscrit a disparu lors de l'incendie de Dresde causé par la guerre de Sept Ans. De nombreuses copies d'époque permettent de reconstituer sûrement l'oeuvre originale, dont une version Urtext est proposée ici, accompagnée d'une révision permettant à tous les flûtistes d'aborder ce remarquable répertoire sans difficulté.

Le concerto pour flûte est disponible :
pour flûte moderne et clavier
pour traverso et clavier
- en matériel d'orchestre

Préface


Johann Adolf Hasse, né en 1699 près de Hambourg et mort à Venise en 1783, est sans doute le compositeur du xviiie siècle qui fut le plus célèbre de son vivant et connut un succès quasi continu. Totalement oublié au xixe siècle, il bénéficie actuellement d'un regain d'intérêt, notamment pour son œuvre vocale, dominée par l'opéra seria.
Il commence sa carrière comme ténor à Hambourg, où il fait représenter son premier opéra Antioco en 1721. Attiré très tôt par l'Italie, il devient l'élève à Naples de Porpora, puis de Scarlatti ; figure de l'école napolitaine, il est nommé en 1729 maître de la chapelle royale de Naples. Il connaît l'année suivante un grand succès à Venise avec son opéra Artaserse, d'après un livret de Métastase. Il y épouse Faustina Bordoni, célèbre cantatrice. Il retourne rapidement à Dresde pour répondre à une commande de la Cour ; Cleofide rencontre un grand succès et lui permet d'être nommé maître de la chapelle électorale de Saxe. Suivent jusqu'en 1772 de nombreux allers et retours entre l'Allemagne, l'Italie, l'Autriche et la France. Il devient le compositeur le plus représentatif de l'opéra seria et rencontre Métastase en 1744, qui écrit la plupart des livrets de ses opéras. Son succès est tel que l'éditeur Breitkopf prépare l'édition intégrale de ses ?uvres. Malheureusement, la guerre de Sept Ans contre les Prussiens entraîne le bombardement de Dresde et l'incendie de sa maison dans laquelle sont entreposés tous ses manuscrits. Hasse ne réécrira rien, préférant composer de nouvelles ?uvres. La victoire des prussiens et l'arrivée sur le trône de l'héritier du roi de Saxe signent le départ des Hasse, jugés trop coûteux, vers Vienne. Hasse y rencontre et encourage le jeune Haydn, écoute et admire Mozart (dont il dit : Ce garçon nous fera tous oublier), puis l'aide à obtenir, grâce à ses relations, des commandes en Italie. Les Hasse se retirent à Venise en 1772. Faustina meurt en 1781, Hasse, en 1783, quasiment oublié de ses contemporains.
Hasse est le représentant le plus significatif du développement de l'opera seria, qui remplace peu à peu un opéra vénitien populaire qui comprenait des machineries importantes, une musique réduite, des livrets mélangeant personnages mythologiques et populaires, et un deus ex machina omniprésent. C?est Pietro Trapassi, appelé Métastase, qui est à l'origine de cette réforme : il introduit dans l'opéra les vertus antiques, supprime le burlesque, et impose la rigueur dans l'écriture. Hasse mettra pratiquement tous les livrets de Métastase en musique.
Parallèlement à ces compositions vocales, Hasse écrit un nombre très important de partitions instrumentales. Son catalogue comprendrait en effet plus de mille ?uvres (le chiffre de 1600 avancé par certains correspond au nombre de références manuscrites existantes). Les partitions pour flûtes sont nombreuses et compteraient au moins une cinquantaine de concertos. Bien que la plupart des manuscrits aient disparu dans l'incendie de Dresde en 1760, de nombreuses copies d'époque permettent de reconstituer ces ?uvres.
Le présent concerto en ut a été restitué à partir de deux copies d'époque (bibliothèques des Universités de Lund et d'Uppsala en Suède). Nous proposons une partie séparée de flûte Urtext et une version révisée par Régis Manceau, qui permettra à tous les flûtistes de découvrir ce concerto le plus facilement possible.

I - allegro
II - andante
III - allegro


^
Haut de page

Vous aimerez aussi....

  • Guillaume Handel, Empire lointain, pour flûte seule
  • Johann Adolf HASSE (1699-1783) : Concerto pour flûte & orchestre
  • Johann Adolf HASSE (1699-1783)  : Concerto pour traverso & clavier
  • Sonate klezmer pour flûte, hautbois, clarinette et piano
  • Vivaldi : Orlando furioso [I]Sol da te, mio dolce amore[/I] pour flûte, chant et piano
  • Vivaldi : Orlando furioso [I]Sol da te, mio dolce amore[/I] pour flûte et piano
  • Vivaldi : Orlando furioso [I]Sol da te, mio dolce amore[/I] - matériel d'orchestre
  • Sonate en duo pour flûte et clarinette