NOTRE COLLECTION
Partition
Il terzo libro de Madrigali a cinque voci (Scipione Lacorcia)
  • Reliure cousue, dos cartonné
  • Reliure spirale métallique

Retour à la sélection

Il terzo libro de Madrigali a cinque voci (Scipione Lacorcia)

23,00 €   

Recueil de Madrigaux de Scipione Lacorcia mis en partition par Olivier Trachier
Format A4, Impression sur papier ivoire épais, reliuse cousue, couverture cartonnée
14 madrigaux, 76 pages de musique
Réf : EB-2-217
ISBN 9782849262177 

La Revue du Conservatoire
Voir l'article enligne d'Olivier Trachier, «Les « Trésors de Naples », de Gesualdo à Lacorcia», 
La revue du Conservatoire, Le quatrième numéro,
http://larevue.conservatoiredeparis.fr/index.php?id=1188

Plus de détails

Ce recueil contient 14 madrigaux à 5 voix, composés au début du XVIIe siècle.
L'écriture de Lacorcia suit les tendances du genre madrigalesque polyphonique de son temps : culte de la varietas, de la surprise, se traduisant par une alternance de passages lents, tendus, expressifs, plutôt verticaux et volontiers chromatiques et de sections plus vives, volontiers fuguées, diatoniques et  lumineuses.

La collection Madrigali propose un choix de livres de madrigaux des XVIe et XVIIe siécles n’ayant fait l’objet ni d’une édition récente ni d’une mise en partition, pour la plupart d’entre eux. Outre cet intérêt historique, la collection a l’avantage de réunir les différentes voix de la polyphonie sous l’extension du logiciel Finale® réalisée par Boris Freulon, intitulée Notation xvie. Remarquable sur le plan esthétique, cet outil informatique reproduit trés fidélement une graphie musicale de la Renaissance et permet de révéler les œuvres de l’époque sous leur format d’origine. Un tel attachement à l’imprimerie renaissante entre dans le cadre d’une relation inaliénable entre le signe musical et la pensée qui l’engendre. 
Quelques piéces annexes entourent la partie musicale, sans alourdir le fascicule ; ainsi, les éléments biographiques, analytiques ou critiques sont limités à quelques pages et renvoient à différentes publications musicologiques correspondantes. 
Ce type de restitution constitue un outil précieux pour tout musicien soucieux de découvrir les œuvres dans leur ensemble et sans déformation ; qu’ils soient musicologues, chanteurs ou simplement attirés par le répertoire madrigalesque, ils trouvent ici un matériel de base sur lequel appuyer leur étude.

Le compositeur
Scipione Lacorcia serait né à Naples à la fin du xvie siècle, entre 1585 et 1595, et mort après 1620. Compositeur, il publie trois livres de madrigaux à 5 voix. Le premier est perdu ; les deux autres sont parus à Naples en 1616 et 1620. Il laisse également quelques frottoles dont on n'a retrouvé que la partie de bassus. 
Il est possible de situer Lacorcia en bonne place dans la vie musicale de Naples au début du xviie siècle. Il entretient là des rapports amicaux avec des compositeurs de valeur dont certains ont approché de près Carlo Gesualdo. Des nobles de la ville lui apportent quelque soutien, et  il  trouve les moyens de publier ses livres de madrigaux chez les éditeurs locaux. 
Son style le lie au genre traditionnel du madrigal polyphonique, mais dans son acception la plus audacieuse, riche de chromatisme et de dissonances. Du reste, l’extrême qualité de son œuvre (remarquée dans l'enregistrement réalisé par Harry van der Kamp) le sauve à présent de l'oubli dans lequel le tiennent bientôt ses successeurs italiens et dans lequel les générations suivantes vont le faire tomber. En ce sens, l'édition nouvelle de ses madrigaux paraît aujourd'hui tout à fait nécessaire.

L’auteur de la partition
Olivier Trachier est professeur au Conservatoire supérieur de Paris, et y a créé la classe de  Polyphonie des xve - xviie siècles. Vivement attiré par le répertoire de la Renaissance, Olivier Trachier publie ses travaux de recherche chez différents éditeurs (Durand, Fuzeau, Minerve, etc.) et s'attache à l'évolution de la composition musicale dans les siècles passés.

La gravure
Une extension Finale® a été spécialement développée par Boris Freulon, afin de graver la musique le plus fidèlement possible par rapport à l'édition d'origine, en 1620. 


^
Haut de page

Vous aimerez aussi....

  • Il SECONDOLIBRO DE MADRIGALI (Giuseppe Palazzotto, e Tagliavia
  • Il terzo libro de Madrigali a cinque voci (Crescentio Salzilli)