NOTRE COLLECTION
Partition
DUNI : Misero pargoletto (Demofoonte) pour chant et orchestre

Retour à la sélection

Romualdo Duni : Misero pargoletto, pour chant et orchestre

175,00 €   

Aria pour contre ténor [soprano castrato] : Misero pargoletto
Extrait de Demofoonte, Acte III, scène 6, Timante
de Egigio Duni (1709-1775)
Aria composé à l'origine pour le célèbre castrat Carlo Broschi, dit Farinelli

Matériel d'orchestre (musical score) - Partition musicale, Format 22 x 31,5 cm
Conducteur avec couverture cartonnée, conducteur continuo, 
et parties séparées (violon I, violon II, alto, basses - 44322).
Délai de 7 à 10 jours pour le matériel d'orchestre.

Cet aria peut être disponible, sur demande, en réduction clavier (15 à 20€) ; nous contacter

Plus de détails

Compositeur italien de l’école napolitaine, Egidio Romualdo Duni passa près de deux ans en Angleterre (1737-1738) pour y faire représenter ses opéras. Il composa l’opéra seria Demofoonte sur un livret de Metastasio, datant de 1731, et qui inspira soixante treize opéras jusqu’en 1800, à des compositeurs comme Vivaldi, Gluck, Paisiello... La première représentation du Demofoonte de Duni eut lieu en mai 1737, sur fond de crise de l’opéra italien, et de compétition entre troupes d’opéras : l’Opera of the Nobility, pour lequel composait Duni ou Hasse, et la troupe menée par Händel. 

 

”Comme on pouvait s’y attendre, les deux derniers mois furent pitoyables : Demofoonte, opéra du napolitain Duni, ne connut qu’une seule représentation, le 24 mai [...]. Lassé de cette lente agonie et des ouvrages médiocres qu’on lui demandait de défendre, Farinelli prétexta une indisposition pour ne pas jouer la dernière représentation prévue le 14 juin, et s’embarqua presqu’aussitôt pour l’Espagne, via Paris. Comme l’écrivit Burney, avec si peu d’éclat, ce grand chanteur quitta la scène anglaise, au point que c’est la ville qui semble l’avoir abandonné et non l’inverse.
Farinelli, le castrat des Lumières, Patrick Barbier, Éditions Grasset, 1995

Misero Pargoletto
Il tuo destin non sai
Ah, non gli dite mai
Qual era il genitor.
Come in punto
Oh, Dio,
Tutto cangiò d’aspetto
Voi faste il mio diletto,
Misero Pargoletto,
Voi siete il mio terror.

Pauvre Enfant
Tu ne connais pas ton destin
Ah, ne lui dites jamais
Comment était son père.
Tout d’un coup
Oh mon Dieu
Tout change d’aspect
Vous étiez mon plaisir,
Pauvre Enfant,
Vous êtes ma terreur.


^
Haut de page

Vous aimerez aussi....

  • Vivaldi : Gelido in ogni vena (Farnace), conducteur et matériel d'orchestre
  • Farinelli : arias pour contre-ténor de Duni, Hasse, Giacomelli (chant & piano)
  • Giacomelli : Sposa non mi conosci (La Merope)