NOTRE COLLECTION
Partition
Vivaldi : Perdona, o figlio amato (Farnace), chant et orchestre

Retour à la sélection

Vivaldi : Perdona, o figlio amato (Farnace), chant et orchestre

175,00 €   

Aria pour contre-ténor [castrato] ou ténor Perdona, o figlio amato,
Extrait de l'opéra Farnace (Vivaldi), acte II, scène 6, chanté par le roi Farnace.
(air de remplacement du célèbre et extraordinbaire Gelido in ogni vena). 

Cet aria a été enregistré par Philippe Jaroussky et Matheus, sur le CD "Heroes" (2006)
sur des partitions Buissonnières. 

Matériel d'orchestre (musical score) -  Format 22 x 31,5 cm, 
Conducteur et parties séparées (44322).
Délai de 7 à 10 jours pour le matériel d'orchestre.

Cet aria est disponible, sur demande, en réduction clavier (15 à 20€) : contactez-nous !

Plus de détails

 

 

La partition incomplète de Farnace constitue l'ultime témoignage de l'écriture lyrique de Vivaldi parvenu jusqu'à nous. L'œuvre atteint un sommet absolu avec l'air de Farnace au 2e acte, Gelido in ogni vena, dans lequel Farnace, roi du Pont, après avoir ordonné la mort de son fils pour le préserver des mains ennemies, s'effondre à l'annonce de l'exécution de son ordre. Avec cet air d'une suffocante beauté, Vivaldi compose une page majeure de son œuvre, plongeant le drame dans un climat funèbre, quasi sépulcral, dominé par une remarquable instabilité harmonique qui trahit l'égarement du héros. 


Dix ans avant ce Farnace, l'Abbé Conti, noble vénitien, vantait les airs d'opéra de Vivaldi dans une lettre adressée à la Comtesse de Caylus, évoquant une musique variée, soit dans le sublime, soit dans le tendre. Deux cent cinquante ans après la mort du Prêtre Roux, cet air donne raison à cet admirateur prestigieux. Le théâtre vivaldien, brûlant d'humanité, mêlant divinement le tendre et le sublime, palpite toujours de sa formidable intensité. 

Il Farnace fut créé au Teatro Sant'Angelo de Venise le 10 février 1727, puis repris à l'automne de la même année, avec une nouvelle version des actes I et II. 
Le roi Farnace, fils et successeur de Mithridate - et grand opposant à l'Empire Romain - a été vaincu et expulsé de son royaume. Ne pouvant renoncer à ses intentions de revanche, et doutant de sa victoire, il ordonne à son épouse Tamiri de sacrifier leur fils et de se donner elle-même la mort plutôt que de tomber aux mains ennemies. À ce stade de l'opéra, le roi Farnce croit son fils et son épouse morts, et ne voit d'autre issue pour lui que de se donner la mort.

Perdona, o figlio amata,
Perdonna al genitor,
Ah ! che troppo amor,
Io fui spietato.

S'io piango sol per te
Non ti lagnar di me,
E negl' Elisi oh Dio
Non dir fù il Padre mio
Che m'à svenato. 


^
Haut de page

Vous aimerez aussi....

  • Vivaldi : Gelido in ogni vena (Farnace), conducteur et matériel d'orchestre
  • Vivaldi, Andromeda liberata, Perseo : Sovvente il sole
  • Vivaldi : Giustino, aria Vedro con mio diletto - conducteur chant et orchestre
  • Farinelli : arias pour contre-ténor de Duni, Hasse, Giacomelli (chant & piano)
  • Vivaldi : Vinta a piè (La Verita in cimento), matériel d'orchestre
  • VIVALDI : Combatta un gentil Cor, matériel d'orchestre
  • Vivaldi, Anche il mar, Bajazet, chant et orchestre (piano)
  • Vivaldi : Sposa son disprezzata (La Merope), chant et orchestre
  • Vivaldi : Compatisco il tuo fiero tormento, chant et orchestre
  • Vivaldi : Frà le procelle, chant et orchestre
  • Vivaldi : Se in ogni guardo, chant et orchestre
  • Vivaldi : Alla rosa rugiadosa (Orlando finto pazzo), chant et orchestre