NOTRE COLLECTION
Retour à la sélection

Boîte à surprises, 10 sketches, théâtre de marionnettes au cycle III

26,90 €   

Format 21x29,7 cm
50 pages
Photocopies autorisées dans le cadre de la classe.
Écrit par Michelle Rivalland.
Illustrations de Béatrice Giffo et Amélina Rivalland.

EAN: 9782849260500

Plus de détails

10 sketches pour marionnettes au cycle III
Sketches, fiches de travail, idées de conctruction

Dix sketches qui mettent en scène des marionnettes : petites histoires de rencontres improbables : crabe, merle, ver de terre, sirène, papillon, araignée ou tête-de-loup...

Le texte peut être lu par un narrateur, joué les marionnettes à la main ou lu par les enfants, cachés ou à découvert.

Chaque texte est accompagné d'une fiche photocopiable permettant de travailler sur le texte (compréhension, vocabulaire, commentaires...) et d'une fiche pour la construction rapide de marottes ou de marionnettes.

Si les spectacles de marionnettes font partie intégrante de l'univers des tout petits enfants, ils n'en sont pas moins appréciés des plus grands. À l'origine n'étaient-ils pas destinés aux adultes ? Les marionnettes remontent à la plus haute Antiquité et on en retrouve même la trace au XIe siècle avant notre ère, aux Indes. Les spectacles de marionnettes dans ce pays, et par la suite en Chine, en Égypte, en Grèce puis à Rome, ont gagné peu à peu l'Europe Occidentale. Cette forme de divertissement participe intimement du théâtre. Des auteurs dramatiques comme Alain René Lesage (1668-1747), ont écrit pour les spectacles de marionnettes. Et comme l'explique Antonin Artaud?: La marionnette est souvent apparue aux auteurs et aux metteurs en scène, comme l'interprète idéal d'un texte dramatique, et même comme le support d'un art du geste qui englobe et dépasse toutes les conventions du langage articulé.

L'élaboration de séances de marionnettes a tout à fait sa place dans la pratique du théâtre à l'école élémentaire, en particulier au cycle III, quand les enfants possèdent un niveau suffisant de lecture et de mémorisation.

Faire agir et parler des personnages, c'est un moyen idéal pour l'enfant de vaincre ses inhibitions, d'oser s'exprimer avec davantage d'assurance, du moment qu'il se sent moins observé. Il parle pour et par la marionnette qui est censée focaliser l'attention de l'assistance. Dès lors l'enfant a un pouvoir, il devient le maître du jeu.

Les comédiens «?opérateurs?» adoptent automatiquement le ton et les mimiques caractérisant les personnages qu'ils manient, dans une sorte de double rôle où le manipulateur s'identifie à son sujet.

Une surprise, c'est quelque chose d'inattendu. Mais il y a les bonnes et les mauvaises surprises. Ma boîte à surprises contient les deux. Les rencontres de personnages, que j'ai provoquées dans le but de composer des sketches, n'ont bien sûr par un caractère fortuit. J'avais l'envie de mettre en scène un conflit entre des individus ou des objets animés qui, ou n'avaient pas grand-chose en commun, ou avaient même une antipathie avérée.

J'ai laissé ces protagonistes discuter, se disputer, et ces brèves rencontres, à ma grande satisfaction, se sont souvent bien terminées. Pas toujours cependant, sinon ce serait trop facile?! La malchance apparaît parfois aussi dans mes histoires. Comme disait Jean de Rotrou au XVIIe siècle?: Tout dépend du hasard, et la vie est un jeu. Ces sketches sont aussi, tel un jeu, destinés à divertir tout en faisant réfléchir et en donnant quelques leçons.

La boîte à surprises

Si l'on ouvre cette boîte à surprises, un, deux, ou même trois personnages surgissent tout à coup. Une conversation s'engage entre eux, qui parfois dégénère en chamaille. Car il s'agit bien ici de rencontres inopinées entre des protagonistes qui n'ont pas forcément d'atomes crochus. Que ce soit des animaux ou des objets personnifiés, ils se trouvent face à des situations imprévues, parfois agréables, mais qui donnent lieu le plus souvent à des affrontements. Les antagonistes finissent dans bien des cas par s'entraider, ou du moins par se mettre d'accord. Parfois l'histoire finit mal, (oui, c'est comme dans la vie !), tout ne peut pas se résoudre de la bonne façon.

Les situations exposées donnent lieu à une réflexion. Elles permettent d'étudier les caractères des uns et des autres. Car, si les sketches présentés peuvent être qualifiés de comédies légères, on peut néanmoins en tirer des leçons. Ils participent de la fable. Plusieurs de ces «?surprises?» introduisent un danger pour l'un des personnages. L'humour n'est pas absent, mais c'est plutôt de l'humour noir. Pour les enfants comédiens, le fait de jouer les rôles d'animaux ou d'objets personnifiés leur permet de prendre davantage de recul, facilitant ainsi leur tâche.

Une fiche d'exercices - à réaliser à l'écrit ou à l'oral - se trouve à la suite de chaque sketch. Elle permet d'approfondir la compréhension du texte, du vocabulaire et d'en appréhender les métaphores.

Ouvrez donc la boîte à surprises?!

Michelle Rivalland

Présentation des personnages
Le crabe et la sirène, page 12
La sirène est bien dédaigneuse à l'égard du crabe, qu'elle rejette avec mépris. Mais la voilà en grand danger. La situation change?!

L'oiseau et l'épouvantail, page 16
Ces deux-là ne sont pas faits pour s'entendre, normalement, et pourtant tout est possible?!

Le rat et le crocodile, page 20
Le crocodile pleure-t-il vraiment?? Le rat apprendra la vérité à ses dépens.

La poupée et le robot, page 24
Une poupée téméraire, face à un robot sans énergie. C'est le monde à l'envers?!

La rose et papillon, page 28
Une belle histoire d'amour contrariée. C'était pourtant si romantique?! Comme le sort est cruel parfois?!

L'araignée et la tête-de-loup, page 32
L'araignée est bien imprudente, en provoquant ce drôle de chasseur «brossu» qui n'est pas si méchant qu'on le croit. Gare aux conséquences?!

Le merle et le ver de terre, page 36
Un merle qui se moque, mais qui finit par s'attendrir devant une proie. Ce n'est pas une histoire banale?!

Le magicien, son chapeau et sa colombe, page 40
Une colombe en quête d'affection, un magicien qui la met à l'épreuve, un chapeau qui n'en pense pas moins- Et tout se termine par un tour de magie, comme il se doit !

Un petit coin de paradis (ou L'araignée et la guêpe), page 44
L'araignée surveille son territoire. Sus aux intrus?! La guêpe a tort de se faire remarquer. Elle paiera de sa vie son manque de discrétion.

Même le dimanche (ou Le coq et lapin), page 48
Le coq a-t-il le droit de « cocoricoter » le dimanche?? Le lapin qui veut lui faire la leçon est mal accueilli. Pourtant le coq fait preuve de magnanimité envers ce contestataire.


Quelques idées pour la mise en scène

Chaque sketch se présente comme un tableau. Les deux personnages principaux sont nommés dans le titre. Il serait intéressant d'écrire ce titre en grosses lettres sur un grand panneau qu'un enfant porterait (au bout d'un bâton par exemple), dans un coin de la scène. De cette façon, les spectateurs savent d'emblée à quels protagonistes ils ont affaire. Ce même panneau, promené sur la scène en début du spectacle, servirait d'annonce.

Le narrateur pourrait être assis dans un autre coin de la scène et lire les passages qui lui sont réservés, dans un livre de très grandes dimensions. Il prendrait soin de soulever ce livre à chaque début de lecture, afin d'impressionner les spectateurs.

Les visages des marionnettes gagneront à être également de dimensions «exagérées», avec des yeux proéminents et des expressions bien adaptées aux rôles qu'on leur prête dans le sketch.

Dans ce genre de spectacle, il faut amplifier tous les effets possibles (y compris les voix) afin de capter l'intérêt de l'assistance.

Quant à la « moralité » qui finalise chaque sketch - comme un enseignement moral relevant de préceptes énoncés dans les fables - elle peut être présentée de différentes façons. Soit les comédiens la déclament tous ensemble, soit le narrateur seul la récite. Les acteurs peuvent aussi venir la dire, à tour de rôle, sur différents tons de voix, avant le salut final, pour un effet insolite. Autre possibilité?: chaque comédien ne dévoile qu'un ou deux mots de la phrase, que les autres complètent à tour de rôle.

Pour interpréter ces sketches, les comédiens manipulateurs peuvent se dissimuler derrière un castelet. Dans ces conditions ils peuvent éventuellement s'aider du texte qu'ils garderont sous les yeux. Il est cependant préférable que les comédiens jouent à « découvert ».

Quelques idées pour réaliser les marionnettes

Pour chaque sketch et pour chaque personnage, deux types de réalisation sont proposés?: une marionnette « en volume », qui nécessite la recherche de divers matériaux et une marionnette « plate », un peu à la façon des marionnettes indonésiennes.

La fabrication des marionnettes permet de développer l'imaginaire et la créativité.
Un tour d'horizon des différentes techniques de création de marionnettes à travers le monde (à l'aide de documents) serait d'un intérêt certain, avant toute chose.

Les enfants peuvent trouver des idées en atelier d'arts visuels, à l'aide de divers matériaux de récupération. Ce travail peut être collectif, plusieurs groupes travaillant à la fabrication d'une seule marionnette, dans le but de ne réaliser que les marionnettes nécessaires à un sketch. Il peut être aussi individuel, chaque enfant réalisant ses propres marionnettes. Il est assez facile, avec peu de moyens, d'en confectionner?: de simples manches de vêtements, ou des chaussettes agrémentées de quelques éléments cousus ou collés, pour les marionnettes à gaine, des vieux collants bourrés et sommairement habillés pour les marottes, même éventuellement de simples silhouettes cartonnées, décorées, collées sur des bâtons, un peu à la façon des marionnettes plates en cuir, d'Indonésie. La fabrication des marottes et des marionnettes plates nécessite à chaque fois un bâton. On peut utiliser à cet effet un morceau de bambou ou de roseau, ou un morceau de baguette de bois plate. Pour les marionnettes plus petites, les baguettes chinoises (utilisées pour manger) sont un bon support.

Quelle que soit leur facture, ces marionnettes doivent avoir des dimensions assez imposantes, pour capter le regard du public, permettant du même coup à l'opérateur de se sentir moins regardé. Ce travail de fabrication fait partie intégrante de la réalisation du spectacle.

Ce sont des activités très ludiques et participatives, donnant lieu à des recherches, des propositions et de nombreux échanges verbaux.

Préface, page 3
Sommaire, page 5
Avant-propos, page 6
Présentation individuelle, page 7
Quelques idées pour la mise en scène, page 8
Quelques idées pour réaliser les marionnettes, page 9
Proverbes et leur signification, page 11
Le crabe et la sirène, page 2
L'oiseau et l'épouvantail, page 16
Le rat et le crocodile, page 20
La poupée et le robot, page 24
La rose et le papillon, page 28
L'araignée et la tête-de-loup, page 34
Le merle et le ver de terre, page 38
Le magicien, son chapeau et sa colombe, page 42
Un petit coin de paradis (ou L'araignée et la guêpe), page 48
Même le dimanche (ou Le coq et le lapin), page 52


^
Haut de page

Vous aimerez aussi....

  • Deux clowns sur les planches
  • Le Dindon de la farce
  • Quiproquos
  • Les Fourberies de Scapin, fiches de lecture
  • Les Fourberies de Scapin, texte intégral de la pièce